critique séries blog girls

Culture

4 séries anti rom-com

En cette période de St Valentin, j’avais envie de parler d’amour autrement. Laissons de côté les love story au goût de guimauve, les “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants” et autres contes de fées stéréotypés pour parler du vrai amour.

Celui qui tâche et qui fait mal, celui à sens unique ou celui qu’on cherche en vain. Celui qui demande du travail et qui n’est pas tous les jours parfaits.

Voilà quatre séries “anti rom-com”, modernes et politiquement incorrectes, qui cassent les codes et les clichés à base d’humour, de petits moments de malaises et de personnages imparfaits. Quatre de mes séries favorites, dans lesquelles on peut tous se retrouver un peu. ♡

critique séries blog girls

girls

De quoi ça parle  : L’entrée dans la vie active de quatre jeunes filles d’une vingtaine d’années, de leurs humiliations à leurs rares triomphes. Hannah, l’éternelle stagiaire, rêve de devenir écrivain ; Marnie, sexy et un peu garce sur les bords, ne manque pas d’ambition; et Jessa, hippie dans l’âme, aimerait gagner sa vie de son art…

Mon avis  : Ça fait vraiment du bien de voir enfin des filles imparfaites, dans toutes leurs complexités et leurs angoisses. Alors oui, Hannah, Marnie, Jessa et Shoshanna sont agaçantes, immatures et relou, mais elles sont elles mêmes et n’ont pas à être parfaite pour exister. C’est justement toutes leurs imperfections qui les rends réelles et touchantes. J’ai aimé suivre leurs parcours durants six saisons, j’ai aimé les voir se planter et galérer dans leur relations de couples, leurs amitiés fragiles, dans leurs boulots ou avec leurs familles. Cette série, même si elle comporte pas mal de moment malaisants, est un vrai bol d’air frais qui envoie valser les clichés et nos complexes avec. Il était grand temps que Lena Dunham arrive pour faire bouger un peu les choses et je sens que ces girls vont vraiment me manquer maintenant que la série c’est achevé.

4 BONNES RAISONS DE S’Y METTRE :

• Lena Dunham
• Les filles imparfaites et paumées
• New-York
• Adam Kylo Ren Driver

 

critique séries blog man seeking woman

man seeking woman

De quoi ça parle  : Proche de la trentaine, Josh Greenberg se lance dans une quête fantastique pour trouver le véritable amour. Entre aventures sans lendemain cocasses, rencontre avec Hitler, confrontation avec sa propre main, blind date avec un troll et autres voyages dans le temps, les ennuis ne font que commencer…

Mon avis  : Cette série est un vrai ovni, je pense que je n’ai jamais rien vu de comparable ! Drôle, original et complètement WTF. Pour tenter d’expliquer le concept du truc, chaque situation banal va être mis en scène de façon complètement barré, en prenant les expressions au sens propre ou en exagèrent au maximum, sans peur de tomber dans le ridicule. Par exemple, dans le premier épisode, Josh rencontre le nouveau mec de son ex. Forcément il le déteste, alors que tout le monde semble l’adorer. Sauf que le mec c’est Hitler, du coup Josh ne comprend pas pourquoi il est le seul à le détester. Dans chaque épisode on navigue entre différentes scènes improbables de ce style. Souvent, c’est très drôle et extrêmement bien trouvé, parfois c’est vraiment nul et franchement débile, mais ou moins ils y vont à fond. Ce qui en fait une série super rafraichissante et vraiment à part. Les personnages féminins, bien que moins présent, sont aussi très bien écrit (notamment la soeur de Josh) Puis le générique est parfait, ce qui ne gâche rien !

4 BONNES RAISONS DE S’Y METTRE :

• Vous n’avez jamais vu une série comme celle-ci
• L’humour noir
• Les références pop cultures
• Jay Baruchel 

 

critique séries blog love

love

De quoi ça parle  : Gus, un homme sympathique, et Mickey , une jeune femme effrontée, vivent des moments tour à tour euphoriques et humiliants, d’intimité, d’engagement, d’amour et d’autres choses qu’ils auraient préféré éviter. Love offre un regard désopilant, sans concession et douloureusement sincère sur les relations amoureuses d’aujourd’hui.

Mon avis  : Derrière Love il y a Judd Apatow, à qui on doit la série Freaks and Geeks ou les comédies comme En cloque, mode d’emploi et 40 ans toujours puceau. Il a aussi travaillé avec Lena Dunham sur Girls, avec qui il partage son amour pour les personnages paumés, imparfaits et maladroits. J’avais donc très envie de regarder Love dès le premier teaser. Beaucoup de personnes n’ont pas apprécié la série, justement à cause des rôles peu flatteur de Gus et Mickey, mais c’est justement ce que j’ai aimé. Love parle d’amour (forcément) mais surtout des obstacles à affronter pour y parvenir. Entre eux, c’est pas vraiment le coup de foudre, ils sont cabossés et désabusés, ils se disent que c’est trop tard, que la prochaine relation doit être la bonne. L’humour est subtil, tendre et trash à la fois, agrémenté de situation gênantes. Alors bien sur, ça reste une comédie romantique, mais plus réaliste car elle nous montre que l’amour demande des efforts, surtout quand on doit déjà trainer nos propres bagages.

4 BONNES RAISONS DE S’Y METTRE :

• Gus & Mickey
• La Californie 
• Les relations amoureuses foireuses
• L’humour de Judd Apatow

 

critique séries blog master of none

master of none

De quoi ça parle  : Le quotidien de Dev, un acteur new-yorkais de 30 ans, qui a plus de mal à se décider sur ce qu’il veut manger que la direction à donner à sa vie. Ambitieux, drôle et cinéphile, il est à la fois très centré sur son propre bien-être et attaché à des sujets divers et variés tels que la situation critique des personnes âgées, le sort des immigrants et comment dénicher les pâtes les plus délicieuses pour le dîner.

Mon avis  : mon coup de cœur feel good de 2015 ! Le sujet principal de Master of None n’est pas vraiment l’amour mais plutôt le quotidien de Dev (génial Aziz Ansari) bien qu’on trouve aussi une réflexion très intime sur le couple. C’est une série vraiment bien écrite, moderne et subtile, qui aborde différents sujets comme l’immigration, la trentaine, le sexisme, la place des personnes âgés dans notre société ou encore les conflits de générations. Drôle, moderne et pleine de réflexion, les deux saisons se dévorent à une vitesse folle ! Avec New-York ou la Toscane en toile de fond, Master of None nous fait voyager mais nous donne aussi beaucoup trop faim ! Dev passe son temps à manger, il part même en Italie apprendre à fabriquer des pâtes. Vraiment une belle série qui se place directement dans mon top 10,  avec des personnages réalistes et attachants, des situations simples que nous avons tous déjà vécu, raconté avec une justesse dingue. A ne pas regarder le ventre vide par contre 😉

4 BONNES RAISONS DE S’Y METTRE :

• La diversité
• Son côté feel good
• Aziz Ansari, qui est acteur mais aussi scénariste
• La nourriture partout !


et vous, avez-vous d’autres séries dans le même style à me conseiller ?


 

J’ai longtemps travaillé avec des enfants avant d’être graphiste, d’où mon intérêt pour le DIY. Je pourrais me nourrir exclusivement de makis et passer mon temps à binge watcher de bonnes séries, en compagnie d’un plaid et de mes 2 chats. Je me passionne pour tout un tas de choses, allant d’Harry Potter à Game of Thrones, en passant par les films de Wes Anderson ou les dessins animés japonais.

Laisser un commentaire

Commentaires (4)